100% santé

Comité de suivi du 100% santé, les réactions

Le Comité de suivi du 100% santé s’est réuni, mardi 13 avril, au ministère de la Santé, en présence du ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran. Un point d’étape a été fait sur la percée du dispositif.

Les opticiens ne jouent pas le jeu selon le ministère de la Santé

Il annonce un taux de recours au 100% Santé en optique d’environ 15,5%. La DGCCRF a, par ailleurs, dressé un bilan intermédiaire et partiel de son enquête lancée en octobre, sur le bon respect des règles du 100% santé par les opticiens. Sur un peu moins de 300 magasins, elle a constaté 60% de « non-conformités », sans donner ni chiffres ni détails. Pour la partie audition, 55 800 patients ont eu recours aux aides auditives de classe 1 en audition soit plus de 12% des ventes en 2020 avec une explosion du 100% santé sur les premiers mois de l’année 2021 au-delà de 30% des ventes.

Le Rof considère cette 1ère année comme un succès

En effet, selon le cabinet Xerfi, qui a réalisé une étude sur un échantillon de 350 000 factures représentatives du marché, 17,6% des patients ont, en 2020, choisi un équipement « 100% santé » (panier A verres et montures ou mixte panier A/panier B). Or, le renoncement aux soins en optique était, avant la réforme de 10%. Ce seuil est donc largement dépassé.  L’étude Xerfi révèle par ailleurs qu’aujourd’hui 21% des clients ne paie rien en sortant de chez l’opticien, alors qu’ils n’étaient que 10% en 2018. Le nombre d’assurés ayant un reste à charge maitrisé (RAC inférieur à 40 euros) a augmenté lui aussi.
Le Rassemblement des opticiens de France souligne toutefois le paradoxe de la réforme : la création d’un nouveau reste à charge sur la dépense «monture», en raison de la baisse de 150 à 100 euros du plafond de remboursement dans les contrats responsables. La dépense des patients pour leur monture est supérieure à ce nouveau plafond : entre 106,50€ et 110,99€ en moyenne selon le type de lunettes. La baisse du plafond de remboursement des montures a donc créé du reste à charge pour 50% des patients.
André Balbi, président du ROF, indique :« Les opticiens ont vendu des équipements 100% santé à plus de deux millions de patients. Ce chiffre démontre à lui seul l’investissement de toute la profession dans le succès de la réforme ». Face aux critiques du ministère que l’éventuel dénigrement de l’offre 100% Santé par les opticiens, le syndicat rappelle que la présentation conjointe sur le devis d’une offre 100% santé et d’une autre « marché libre » implique nécessairement une comparaison entre celles-ci. Les patients cherchant à comprendre pour choisir, il est naturel que l’opticien leur expose les différences, en termes financiers et technologiques, et le bénéfice induit quant à leurs besoins.
Enfin, le ROF a attiré à nouveau l’attention des pouvoirs publics sur la nécessité de lever les derniers freins à l’accès aux lunettes sans reste à charge. (tiers-payant, disponibilité des prescripteurs, …)

Le Synom et le Synam satisfaits

Les deux syndicats se disent satisfaits des résultats annoncés. En optique, le Synom indique que les opticiens mutualistes sont au-delà des chiffres annoncés avec 23% de ventes en 100% santé. Concernant les non-conformités détectées par la DGCCRF sur les 322 magasins d’optique et centres d’audition audités depuis octobre 2020, le Synom s’est dit étonné et prêt à coopérer. Il considère donc que le 100% santé a trouvé son public en optique et répond au besoin des Français. Le syndicat est par ailleurs revenu sur la nécessaire évolution de la filière visuelle, saluant la tenue, la semaine prochaine, d’une réunion avec le cabinet ministériel pour amorcer les discussions sur la mise en place des préconisations du rapport Igas. Il évoque également l’évolution de la formation des opticiens (en 3 à 5 ans) pour permettre des délégations de tâches et faciliter ainsi l’accès aux soins visuels.
Côté audition, la classe 1 représente 35% des ventes de l’enseigne mutualiste depuis le début de l’année. Sur l’alerte du ministre relative au peu de prestations de suivi télétransmises, le Synam se montre rassurant en expliquant que ce n’étaient que des points techniques à lever et que ces rendez-vous ont bien eu lieu mais sans être tracé actuellement.
Enfin, le Synam a rappelé au ministre que le protocole d’accord prévoyait une vaste campagne de communication de prévention en audition. Une fois passée la pandémie actuelle, celle-ci complèterait les mesures mises en place pour inciter les Français à s’appareiller.

Delabre 2021

Concours Delabre, les résultats

La onzième édition du Concours Delabre Lunettes a livré son verdict le 20 mars dernier après une édition chamboulée par la covid-19.

Ce concours, dont l’initiateur est Daniel Delabre, opticien lunetier Meilleur Ouvrier de France, est ouvert aux élèves des écoles d’optique françaises, toutes classes confondues. Il s’agit de réaliser, entre octobre et mars, une monture de lunettes entière dont la face doit être en acétate de cellulose. La forme intérieure et les cotes des verres et du nez sont imposées.

Les critères de choix du jury

Les points sont attribués en fonction du respect de la taille, de la forme et de la largeur du nez imposées (les cotes sont mesurées au 1/10ème de mm), des caractères techniques (validité de la conception, galbe, angles de chasse et pantoscopique, ouverture des branches…), de l’esthétique de la forme extérieure et des décors.

Du fait de la pandémie les écoles d’optique ont vu leur fonctionnement perturbé. Ainsi, seules 61 inscriptions provenant de douze écoles ont été enregistrées cette année, et 24 projets ont été présentés. Malgré cela, des élèves motivés, soutenus par leurs professeurs, sont allés au bout de leur projet, souvent en dehors des heures habituelles de cours, en travaillant chez eux ou chez leur maître d’apprentissage.
À défaut de quantité, la qualité des projets présentés était tout de même au rendez-vous. Le jury, composé de Daniel Delabre, Jean-Luc et Catherine Berthelot et Guy Beyer, opticien et administrateur à la MFR (Maison Familiale rurale de Brioux-sur-Boutonne, partenaire du concours), a délibéré à huis-clos le samedi 27 mars.

Le palmarès 2021

Premier prix :                                                          Deuxième prix:

2eme delabre 2021
Lior Znati, Lycée ORT, Montreuil
1er prix delabre 2021
Charlotte Marathe, MFR Brioux.

 

 

 

 

 

 

 

Troisième prix, ex-aequo:

Aurore Schaal, ICO Bures sur Yvette
Franck Attia, Lycée ORT, Montreuil

 

luz sport

Les Lunetiers Sportifs, le concept clé en main de Luz

Convaincue que la mise en avant d’une expertise pointue est un levier de différenciation indéniable et un excellent moyen de valoriser le métier de professionnel de santé, la centrale Luz a décidé de développer une spécialisation Sport.

luz sportRencontre avec Geoffroy Choteau. Responsable Enseignes et Spécialisations LUZ optique, pour tout savoir sur cette nouveauté.

La Revue des Opticiens (LRDO) : Pourquoi proposer un concept dédié au sport à vos adhérents ?

Geoffroy Choteau (GC) : Voilà déjà 10 ans que nous proposons aux opticiens LUZ de se spécialiser dans la vision des enfants grâce à Optikid. Les retours sont extrêmement positifs par les opticiens eux-mêmes mais aussi le corps médical qui attendait cette spécialisation ! Il nous a donc semblé naturel de continuer sur cette voie. Or, le sport est devenu une valeur refuge, synonyme de bien-être et d’équilibre.  80% des informations nécessaires à la pratique passent par la vision, il est donc essentiel d’être bien équipé que l’on soit amateur ou sportif de haut niveau. Nous avons donc développé, avec nos équipes, un programme complet de spécialisation clé en main : Les Lunetiers Sportifs.

LRDO : Quels sont ses avantages ?

GC : Ce concept permet de se démarquer de la concurrence en apportant des réponses concrètes aux besoins des consommateurs en quête d’informations, de conseils et de produits adaptés. Par ailleurs, ce type de positionnement permet de renforcer l’image d’expert en santé visuelle de l’opticien et lui offre la possibilité de réaliser des ventes additionnelles auprès des clients habituels tout en attirant de nouveaux porteurs. 

LRDO : Comment se déroule le programme ?

GC : Il repose sur l’expertise produits et conseils, bien sûr, mais aussi sur la communication car il est important de faire connaître le concept pour le faire vivre.

LRDO : C’est-à-dire ?

luz sportGC : La formation est évidemment indispensable. Elle aborde différents aspects, mêlant technique et parcours de vente. L’expertise produit est aussi essentielle, que ce soit pour les montures ou les verres. Nous avons donc effectué une sélection de produits avec une segmentation en différents univers (aquatique, montagne, plein air et salle)

LRDO : Qu’est-ce que cela implique en magasin ?

GC : Nous avons également développé différents outils merchandising. Un meuble design, compact et modulable permet de présenter les montures, mais aussi les traitements de verres ou les kits correcteurs sport à la vue. Des éléments de théâtralisation vitrine et différents outils de communication dans le magasin mais aussi en en dehors sont aussi disponibles.

LRDO : Avez-vous prévu une communication hors magasin ?

GC : Oui bien sûr, l’expertise ne fait pas tout, il est important de faire connaître le concept pour le faire vivre. Pour cela, nos délégués à l’information médicale réalisent un travail de fond auprès des prescripteurs. Nous fournissons aussi aux opticiens des outils marketing pour communiquer localement, notamment auprès du public cible (clubs sportifs, associations, etc.). La mise en place d’un site dédié (www.leslunetiersportifs.fr) complète le dispositif.

LRDO : En conclusion, à quels opticiens s’adressent le concept ?

GC : Il faut bien sûr être passionné par le sport, mais cela ne fait pas tout. Nous étudions précisément le profil de l’opticien, la disponibilité de la zone (exclusivité et concession territoriale), tout autant que son potentiel démographique ou la présence d’associations sportives. Pour les opticiens qui intègrent le concept, il s’agit d’un véritable levier de croissance et d’une opportunité de développement unique.

Pour plus de renseignements: www.devenezlunetiersportif.fr

moken eyewear

Moken Organic Eyewear ouvre sa première boutique

La marque landaise ouvre sa première boutique en plein centre d’Hossegor, avenue de la Gare. Collections solaires et optiques pour homme, femme et enfants y sont disponibles. 

moken boutiqueCréée en 2014, Moken Organic Eyewear  propose plus de 90% de produits faits à partir de matériaux biodégradables, biologiques ou biosourcés. Dessinée au bord de l’océan, les modèles s’inspirent de cette environnement d’eau, de sable et de bois. Les deux fondateurs passionnés de sport outdoors  développent des produits qui leur ressemblent tout en respectant ce qui leur tient le plus à coeur, leur proximité avec l’océan.

Nouveau directeur général pour De Rigo France

Romain Vannini  succède à Franck Leclere à la direction générale de la filiale française du groupe. Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, il supervisera tous les aspects de l’activité française et sera directement rattaché à Pau Fonts – Directeur du développement commercial de De Rigo pour l’Europe occidentale. Son objectif sera de générer de la croissance, des bénéfices et de la durabilité et de renforcer la position du Groupe dans l’industrie.

Romain Vannini a occupé plusieurs postes de direction importants au sein de sociétés françaises internationales dans la vente de produits de beauté et des soins, notamment chez Sephora et Skeen. Il est entré dans le secteur de la lunetterie en 2014 en tant que Responsable Grands Comptes chez Safilo pour la France avant d’occuper le poste de directeur commercial, supervisant le développement et la conduite de stratégies commerciales en France.

« Nous sommes très heureux d’accueillir Romain Vannini au sein du Groupe et de mettre à profit sa vaste expérience professionnelle. Avec ce changement, nous visons à jouer un rôle encore plus important pour nos clients sur ce marché crucial », a déclaré Michele Aracri, Directeur Général de De Rigo Vision. « En France, nous nous concentrons, non seulement sur l’augmentation de nos ventes – avec un accent particulier sur nos marques propres et les différentes licences de notre portefeuille – mais aussi sur le service que nous offrons à nos clients, en termes d’écoute, de proximité et d’assistance. »

 

Bilan 2020 et perspectives 2021 pour Optic 2000

L’année 2020 a été marquée par la mise en place du 100% Santé en optique et par la pandémie. Le marché de l’optique a affiché un recul de – 13% (selon L’observatoire de l’optique). L’enseigne Optic 2ooo a, elle, atteint pour ses 1148 magasins, 797 Millions d’euros de chiffres d’affaires, soit une baisse de -10,1 % par rapport à 2019.

Une année particulière
La réforme du 100% Santé a impliqué un changement dans les normes
d’échanges avec l’assurance maladie et les complémentaires santé ont provoqué des difficultés de mise en œuvre et un retard dans les facturations en début d’année 2020. L’enseigne a alors connu une baisse de 27% de son chiffre d’affaires sur le mois de janvier.
Lors du 1er confinement, l’arrêt total de l’activité durant 2 mois a fortement impacté les résultats financiers avec un mois d’avril 2020 à -92,7% par rapport à avril 2019. 150 magasins Optic 2ooo pouvant respecter les conditions de sécurité et sur la base du volontariat ont participé à un service minimum de permanence des soins optiques mis en place par la profession, à la demande du Ministère de la Santé.
Lors de la reprise, l’enseigne a lancé de nouveaux services notamment la prise de rendez-vous en ligne. Plus de 810 000 rendez-vous ont été créés entre le 11 mai et 31 décembre 2020. L’activité a repris et a perduré jusqu’à la fin de l’année permettant d’enregistrer 797 Millions d’euros de chiffres d’affaires pour l’ensemble des magasins.

Une année 2021 encore floue

En l’absence de visibilité sur l’évolution de la pandémie de la COVID 19 et des mesures qui seront prises, les prévisions pour l’année 2021 sont floues. L’année 2020 ayant vu un fort développement des achats en ligne  et des besoins de service de proximité, Optic 2000 continue de faire évoluer les services et les produits qu’elle propose. Le site de l’enseigne proposera ainsi la livraison à domicile pour environ 1200 références, dont les lentilles de contact, dès septembre 2021.
L’enseigne étend également sur l’ensemble de son réseau le service « Optic 2ooo à Domicile » qui permet à un opticien diplômé de proposer une prestation à domicile. 81% des magasins le propose sur toute la France.

Alice Taglioni, nouvelle ambassadrice Afflelou

Les opticiens partenaires Essilor plus dynamiques

Depuis 2011 , GALLILEO Business Consulting conduit chaque année, pour le compte d’Essilor France, une analyse de la performance économique de plus de 1 300 points de vente.

«Il s’agit d’un indicateur unique sur le marché tant par son suivi dans le temps que par sa méthodologie. Au-delà des mots, ce baromètre apporte la preuve de l’impact du modèle partenarial proposé par Essilor France sur le chiffre d’affaires et la marge brute des opticiens. Nous soutenons activement la croissance des opticiens à travers un partenariat que nous avons conçu il y a plus de 10 ans et que nous faisons sans cesse évoluer.» précise Lena Henry, Directrice Générale d’Essilor France.

A partir des comptes de résultats de 1 366 magasins (représentant 933 M€ de CA HT), répartis en 2 échantillons de structure similaire en termes de taille et profil de magasins, mais qui diffèrent dans leur politique d’achat verres, le cabinet d’études compare l’évolution du chiffre d’affaires et de la marge brute sur la période 2018-2019 et en cumulé sur 2007-2019.

Evolution du chiffre d’affaires des magasins

● Sur la période 2018-2019:
Partenaires Essilor: +2,9% versus +0,5% groupe témoin.

● En cumulé, sur la période 2007-2019:
Partenaires Essilor:+22,4% versus -4,7% groupe témoin.

Evolution de la marge brute des magasins

● Période 2007-2019:
Partenaires Essilor France +24,5% vs -3,3% groupe témoin.

Il s’agit bien sûr de moyennes et chaque point de vente a ses propres spécificités.