L’AOF répond aux ophtalmologistes

En réponse aux Snof (Syndicat national des ophtalmologistes de France), l’AOF (Association des optométristes de France) appelle à construire une filière inclusive.

L’Association se dit déçue « que l’unique proposition à destination des opticiens-lunetiers concerne la mise en place de sanctions ». Cette réaction fait suite aux recommandations du Snof lors d’une conférence de presse organisée le 5 février dernier. Le syndicat y appelait notamment les Pouvoirs Publics à « instaurer un dispositif de règles et de sanctions professionnelles pour les opticiens-lunetiers (et les orthoptistes) ».

L’AOF souligne que selon le rapport IGAS-IGAENR, il n’y a pas réellement d’amélioration des délais d’attente depuis près de 10 ans, malgré le fort développement du travail aidé . Pour améliorer l’organisation de la filière visuelle, elle appelle donc à s’appuyer davantage sur les opticiens-lunetiers et liste ces 5 priorités issues du rapport:

  • La construction d’une stratégie globale pour la filière visuelle incluant fortement les opticiens-lunetiers. De par leur compétence, leur nombre, et leur répartition géographique, ils sont la ressource la plus accessible de la filière.
  • La publication d’un décret de compétences reflétant la réalité de pratique, et de lieux d’exercice, des opticiens-lunetiers.
  • Permettre la mise en œuvre de la téléconsultation pour les opticiens-lunetiers
  • Une nouvelle formation dès la rentrée 2022 au niveau licence pour les opticiens-lunetiers.
  • La mise en œuvre de pratiques avancées à destination des opticiens-lunetiers et des orthoptistes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *