Une nouvelle collection femme pour les 100 ans d’Henry Jullien

Mont-Royal obtient le label « Service France Garanti »

Le verrier, dont le site de production est basé en Lorraine, vient d’être labellisé Service France Garanti. 

Ce label est attribué aux entreprises respectant deux critères:

  • 90% de la main d’œuvre en nombre concourant à la réalisation des caractéristiques essentielles de la prestation est soumis à un contrat de travail de droit français
  • 90% de la main d’œuvre en contact direct avec le client est soumise à un contrat de travail de droit français. Ce critère s’applique à chaque composant du service.

Mont-Royal défend le savoir-faire français en fabricant ses produits en France. L’entreprise est d’ailleurs également labellisée « Origine France Garantie » pour ses verres de fabrication.

Atol ouvre un flagship sur les Champs-Elysées

Atol les Opticiens poursuit sa stratégie de développement avec l’ouverture d’une boutique au concept premium sur la plus belle avenue du monde.

L’enseigne a choisi de miser sur différents concepts pour offrir aux Français une accessibilité optimale avec une segmentation access, cible et premium. Ainsi, outre les magasins Atol les Opticiens, la coopérative propose des boutiques Atol Access et Carrefour Optique et Audition. Le magasin des Champs-Elysées pousse lui un peu plus loin le concept premium avec une interprétation luxueuse de celui-ci.
Véritable vitrine de la marque, cette boutique propose une offre haut de gamme  et luxe avec des marques sélectionnées et des services premium qui devraient séduire la clientèle de passage: livraison de l’équipement le jour-même en unifocal et en 24/48h pour les progressifs.

Ce flagship de 85M2 est situé dans la galerie des Champs-Elysées.  Son style art déco s’y insère parfaitement avec un intérieur en marbre et des incrustations en laiton sur trois niveaux. Le rez-de-chaussée est consacré aux solaires, les deux autres étages accueillant les équipements optiques et une zone VIP.

« Cette ouverture est la résultante de l’esprit coopératif de notre enseigne qui encourage la volonté entrepreneuriale de chaque Associé, dans le respect de son interdépendance, en lui offrant la notoriété de l’enseigne Atol les Opticiens et la qualité de ses services pour l’accompagner avec succès dans ses projets de développement. » indique Eric Plat, PDG.

 

 

Fila poursuit son partenariat avec De Rigo

De Rigo et Fila Luxembourg Sarl, la société mère de la marque Fila, ont annoncé le renouvellement du contrat de licence pour la conception, la production et la distribution de montures de lunettes de vue et de soleil de la marque en EMEA, Amérique, Australie et Nouvelle-Zélande.

Le partenariat, commencé en 1996, se poursuit donc, après une année 2020 où Fila Eyewear a enregistré une croissance de 9 % de ses ventes mondiales, grâce notamment aux résultats des ventes en Europe et en Amérique.

Une marque sportive devenue pop

La marque historique qui a écrit l’histoire du tennis et des vêtements de sport a su se réinventer au fil des ans pour devenir une icône de la culture pop et de la mode des loisirs sportifs, s’imposant avec son style de vie sur les podiums, lors des défilés de Milan.
Les collections Fila se caractérisent par l’exhaustivité de l’offre : des lunettes polyvalentes parfaites pour la ville et les loisirs ; sportives pour les athlètes qui recherchent une résistance et une fonctionnalité maximales ; tendances pour ceux qui recherchent un accessoire de mode.
Les collections Fila Eyewear sont distribuées par le réseau de vente De Rigo Vision.

Un campus pour l’ICO

L’Institut et Centre d’Optométrie de Bures-sur-Yvette, toujours à l’écoute de ses élèves, propose désormais 210 logements pour étudiants et apprentis.

« Nous voulons proposer à nos étudiants le meilleur cadre d’apprentissage possible afin de mettre toutes les chances de leur côté pour réussir » explique Claude Delhomme, directrice de l’ICO.
L’école de 3200 m² entièrement dédiée aux formations en optique accueille donc un véritable campus, le Centre du Logement des Jeunes Travailleurs, étudiants et stagiaires (CLJT).

ico campusLa résidence, située, comme l’école, à Bures-sur-Yvette propose des logements à coût modéré, bénéficiant des APL (aide personnalisée au logement). Après déduction des APL, le reste à payer mensuel est de 210 € à 420 € maximum en fonction du statut du résident (étudiant, apprenti) et de son revenu mensuel. Ce loyer inclut des services : assurances, restauration le midi, espaces de coworking, laverie, salle de sport, parkings, local vélo, équipes d’animation et gardiennage 24H/24.
« Les loyers modérés et l’accompagnement socio-éducatif du CLJT permet d’assurer la réussite et l’insertion et sont en parfaite adéquation avec les valeurs de l’ICO » indique Claude Delhomme.

Report du Tour Auto Optic 2000

Suite aux différentes mesures sanitaires et restrictions actuelles au niveau national et local appliquées aux événements de grandes envergures, la 30ème édition du Tour Auto Optic 2ooo, initialement prévue du 19 au 24 avril 2021, est reportée du 30 août au 4 septembre 2021 .

Son itinéraire reste inchangé avec un départ du Grand Palais Ephémère et une arrivée dans la ville de Nice en passant par Beaune, Aix-les-Bains, Valence et Nîmes.

« En tant que partenaire historique du Tour Auto Optic 2ooo, l’enseigne Optic 2ooo soutient cette décision visant à protéger l’ensemble de l’organisation et le grand public. Nous espérons retrouver au plus vite les passionnés et les opticiens qui participent chaque année à cette belle aventure. » Olivier Padieu, Président du Groupement Optic 2ooo.

Un étui à masque bactéricide qui protège la santé et la planète

L’Étui Responsable est un étui qui permet de ranger son masque afin de le protéger et de le désinfecter.

etui responsableLes deux fondateurs ont développé ce projet après avoir constaté la pollution que les masques jetables entraînaient. Ils ont constaté que cela était, en partie, dû au fait que les porteurs ne savaient pas où les ranger quand ils ne les portaient pas. De ce fait, les masques sont souvent oubliés et finissent au mauvais endroit.

Un étui efficace

Le défi était de créer un étui qui n’expose pas les masques à des contaminations. La solution est venue d’une société héraultaise, qui a mis au point Pure Zone, un film antimicrobien breveté. Ainsi, une fois le masque rangé, le film, situé à l’intérieur de l’étui et sur ses rabats, élimine en 15 minutes 94 % des bactéries en contact avec sa surface. En une heure, 99,87 % des bactéries à son contact sont éliminées. L’étui conserve son pouvoir bactéricide jusqu’à cinq ans et peut accueillir des masques jetables ou des masques en tissu.

Simple d’utilisation (un bouton pression permet de le déplier intégralement), l’étui est fabriqué en France, entre Montpellier et Toulouse, à partir de matériaux recyclables. Proposé en noir, blanc et rouge, en version simple ou orné du logo « L’essentiel », il peut être personnalisé avec le logo d’une entreprise, à partir de 100 articles commandés.

 

Aero, la ligne de percées Blackfin  

La marque complète son offre avec Aero, une gamme de montures percées en bêta titane très fin.

Minimalistes, les montures Aero sont fabriquées avec une feuille de bêta titane de 0,7mm pour le pont (pour une meilleure stabilité) et de 0,5mm pour les branches (pour un ajustement flexible et confortable). Deux différents concepts de ponts sont proposés : l’un géométrique, aux formes audacieuses et anguleuses, et l’autre rétro, plus souple, qui apporte une touche futuriste. Une nouvelle fixation brevetée est insérée dans le verre et en saillie sur la face, comme un ornement minimaliste. De plus, les modèles arborent une nouvelle version des plaquettes Tilt Pad de petite taille afin de s’adapter à l’esthétique et au poids de la monture, ainsi que de manchons réglables Swordfish.

La ligne se compose de 20 formes et de 20 couleurs, 10 pour chaque type de pont. Les couleurs sont variées : monocolor (des couleurs pleines, pour mettre en valeur le minimalisme du produit), bicolor (combinaison de deux couleurs, intérieure et extérieure), antique (coloration manuelle pour un effet patiné) ou shiny (argent et or polis).

uvex silv air lite

Uvex Silv-Air Lite, le masque conçu pour les professionnels de santé

Spécialiste européen des équipements de protection individuelle, Uvex lance un masque de protection respiratoire à destination des professionnels de santé et du personnel médical.

uvex silv air liteFabriqué en France, le Uvex Silv-Air lite protège efficacement contre tous les types de virus. Offrant une étanchéité optimale empêchant efficacement la formation de buée sur les lunettes, ce masque FFP2 pliable sans soupape s’adresse notamment aux professionnels de santé. Ses atouts ? Son poids plume de 7 grammes, sa surface de filtration agrandie, ses matériaux souples et son clip nasal intégré et réglable. Il est ainsi confortable, même sur de longues périodes de port et s’adapte à toutes les formes de visages tout en empêchant la formation de buée. Des tests indépendants ont démontré que son étanchéité correspondait à celle d’un masque de protection FFP3. Uvex mise sur une fabrication européenne pour garantir la qualité de ses produits mais aussi leur disponibilité rapide. Le nombre de matériaux utilisés a été réduit afin de diminuer les déchets plastiques générés. Les emballages et notices sont désormais conçus partir de matériaux recyclés.

Décès de Bernard Maitenaz, inventeur du verre progressif

Bernard Maitenaz s’est éteint à Paris, à l’âge de 94 ans. Par son travail pionnier, il a révolutionné le secteur de l’optique et transformé la vie des consommateurs. Plus de 700 millions de verres Varilux ont été vendus depuis 1959.

Ingénieur des Arts et Métiers (1946) et diplômé de l’Ecole Supérieur d’Optique (1947), Bernard Maitenaz est doté d’une double formation mécanique-optique. Au cours de ses études, il avait constaté que les surfaces complexes, utilisées depuis longtemps en mécanique, ne l’étaient pas en optique. En 1948, il débute sa carrière à la Société des Lunetiers (Essel). Il poursuit son travail son projet de verre progressif en conceptualisant la surface, trouvant un nouveau moyen de calcul, puis en imaginant des machines à ébaucher, doucir et polir pour réaliser les verres. Un premier brevet du Varilux est déposé en 1953. Bernard Maitenaz poursuit ses recherches et, en 1957, met au point une nouvelle technique de mise en forme : « la méthode point par point ». Puis, en 1959, après de nombreux tests, le 1er verre Varilux est commercialisé. Après la fusion de la Essel avec Silor, il devient Directeur industriel du groupe Essilor en 1972, Directeur Général en 1979 et Président Directeur Général de 1981 à 1991. Après son départ à la retraite, il a poursuivi son engagement auprès d’Essilor en tant que Président d’honneur du Conseil et membre fondateur de l’association des salariés actionnaires, Valoptec. Il a également siégé dans plusieurs conseils d’administration, notamment au sein de l’Ecole Supérieure d’Optique pendant plus de 10 ans, et au sein de l’Ecole National Supérieure des Arts et Métiers de 1990 à 1994. Il a été Administrateur du Centre National de la Recherche Scientifique (C.N.R.S) de 1992 à 2003 ainsi que membre du conseil pour les Applications de l’Académie des Sciences (CADAS). Ses contributions dans le secteur de l’optométrie ont été maintes fois récompensées, notamment par un doctorat honorifique de Sciences oculaires décerné par le New England College of Optometry de Boston en 1988 et un doctorat Honoris Causa de l’Ecole d’Optométrie de l’Université de Montréal en 1993. En 2014, il a reçu le prix Apollo, la plus prestigieuse distinction à être décernée au public par l’American Association of Optometrists. Ce prix honore les individus ou organisations pour leur contribution exceptionnelle envers la santé visuelle du public.

Des hommages de toute la filière

L’AsnaV salue « un géant de l’optique » qui « était aussi un homme merveilleux. Très actif, abordable, curieux, ses questions étaient acérées et pertinentes. Il était très engagé dans la vie de l’optique et se tenait informé de tous les progrès en faveur de l’amélioration de la vue ».

Le Gifo, dont Bernard Maitenaz a été membre du bureau de 1983 à 1994, lui rend également hommage: « Passionné de recherche, il illustre la volonté et la capacité des industriels de l’optique à repousser continuellement les limites techniques pour permettre à chacun de mieux voir. Ses innovations ont révolutionné notre industrie mais aussi changé la vie des presbytes. La mise au point d’un verre permettant de voir à toutes les distances de manière continue représentait alors un défi scientifique et technique majeur. Cette formidable aventure industrielle, nécessitant la conception de machines tout aussi novatrices que le verre lui-même, a bouleversé la façon de prendre en compte les besoins individuels de chaque porteur de lunettes comme les procédés de fabrication des verres. L’héritage de ce véritable « sur-mesure industriel » fait encore aujourd’hui toute la spécificité de notre industrie. Les industriels continuent d’être animés par cet objectif de passionnés : se rapprocher toujours plus de la vision naturelle en toutes circonstances. »

 

 

 

Passionné, Bernard Maitenaz a révolutionné le secteur de l’optique. Nos pensées vont à sa famille, ses enfants et petits-enfants.